Menu

Vincent HESSE

PARIS

En résumé

Chef de projets énergie confirmé.
Ingénieur ENI Metz

Actuellement à Taipei, je planifie mon retour en France en Avril - je suis donc à l'écoute de toute proposition pour un poste en région parisienne prioritairement.

8 ans d'expérience dans le domaine de l'industrie de l'énergie.
EDF - Air Liquide - AREVA TNI - PME chaudronnerie (Koehler Bosshardt)

Mon CV complet "en prose" est disponible sur cette page, ci-dessous, mais une version plus factuelle et synthétique est disponible ici :
http://profil.cadremploi.fr/vincent.hesse

Mes compétences :
Gestion de projets
Management d'équipe
Paris
Coordination
Chef de projet
Ingénieur
Management

Entreprises

  • Indépendant - Gérant de maison d'hôtes

    2015 - maintenant Avec une associée Taïwanaise, nous avons monté une petite affaire de maison d'hôtes (4 chambres) dans le centre de Taipei.
    Je suis donc co-investisseur (à 50%) et suis en charge de tous les aspect financiers, de la comptabilité, et du management au quotidien.
  • Hart English School - Professeur d'anglais

    2015 - maintenant Professeur d'anglais en cours du soir pour des classes de 1 à 12 élèves (cycle élémentaire).
  • Independent - Tuteur FLE adultes (Français Langue Etrangère)

    2015 - maintenant Professeur particulier de FLE (Français Langue Etrangère), principalement en ligne.
    Mes clients se trouvent à Taïwan et aux États-Unis.
  • Alten - Chef de projets

    Boulogne-Billancourt 2012 - 2013 Chefs des projets pour EDF-UTO, en charge de 7 projets relatifs à la fourniture de pièces de rechange pour les centrales nucléaires.
    La forte montée en charge sur l'année a vu les équipes passer de 10 à 47 ingénieurs.
  • Alten / EDF - CIT - Ingénieur projet

    2009 - 2012 A l'issue de ma mission chez Air Liquide, Alten m'a proposé une nouvelle mission chez EDF-CIT, en tant qu'ingénieur projet IPE SEI.
    CIT : Centre d'Ingénierie Thermique
    IPE : Ingénierie sur le Parc en Exploitation (par opposition aux "projets neufs", les nouvelles centrales)
    SEI : Systèmes Électriques Isolés (la filiale EDF chargée de l'exploitation des centrales dans les DOM et en Corse)

    Donc, je m'occupe de la coordination des projets sur les centrales thermiques de la Corse et des DOM.
    Les centrales, étant donné la dimension réduite, consistent en de gros moteurs Diesel couplés à un alternateur. Comme un groupe électrogène en fait, mais beaucoup plus gros : un moteur d'une des 8 tranches de 20MWth (exemple de la centrale corse) a la taille d'un petit immeuble de 5 étages !

    Les projet concernés sont pour la plupart liés aux contraintes règlementaire, obligeant à réduire les émissions polluantes de ces moteurs Diesel. Dans le détail, mes principaux projets :
    - Guyane : DéNOx (installation de traitement des fumées, genre de pot catalytique de 9 moteurs de 8MWth), MOE, budget de 16 M€ (dont 2M€ ingénierie)
    - Guadeloupe : DéNOx de 4 moteurs de 5MWth, AMOA, budget de 8M€ (dont 570k€ ingénierie)
    - Corse : remplacement de 4 chaudières SES (circuit eau surchauffé), MOE, budget de 4M€ (dont 800k€ d'ingénierie)

    Ce sont des projets très intéressants, à la fois sur le plan technique (système de dépollution), mais aussi de part les contraintes locales (culture de travail différente, faible éventail de sous-traitants locaux, météo corrosive...).

    En tous cas cette mission a confirmé mes aptitudes pour la conduite de projets et la coordination des études. Le secret étant selon moi de ne pas vouloir tout faire et de se concentrer sur la bonne communication entre tous les intervenants du projet, et de ne surtout, surtout pas laisser la moindre zone d'ombre.
  • Sogeti / TN International (AREVA) - Ingénieur fabrication

    2007 - 2007 De mars à novembre, j'ai travaillé pour TN International (filiale d'Areva), par l'intermédiaire de Sogeti, une société de services.
    Ma mission devait être d'assez longue durée : il s'agissait de gérer la fabrication (entièrement sous-traitée) d'emballages pour le combustible usagé.
    Principalement de la chaudronnerie lourde, un emballage pesant plus de 100 tonnes, mais avec également des techniques particulières propres au blindage radioactif.

    C'est aussi ma première expérience du travail dans un grosse structure. Beaucoup moins de responsabilité, un travail beaucoup plus cadré, mais ave également la possibilité de participer à des projets de bien plus grande envergure avec beaucoup plus de moyens.

    Malheureusement le poste en question ne correspondait pas du tout à mes attentes, et était à mon sens bien éloigné de la gestion de fabrication. En effet, il s'agissait surtout de s'assurer du respect par le fournisseur de la Qualité de la documentation produite...
    S'agissant d'emballages destiné au Nucléaire, et particulièrement à un client Allemand, cette mission s'est vite révélée très fastidieuse puisque quasi-exclusivement ce fut de la revue documentaire.
    Très instructif aussi, bien sûr, puisque j'ai parfaitement intégré ce qu'était la vraie qualité, celle qui élimine les risques techniques et assure un traçage absolu de toute la chaîne de fabrication.
    Mon vrai regret et de ne pas avoir eu plus de leadership lorsque des problèmes survenant avec les fournisseurs, qu'ils soient techniques (problèmes de soudage, notamment), ou non (qualité insuffisante de la documentation).

    J'ai donc demandé à être retiré de la mission dès août, et celle-ci a pris fin en novembre (je sais être patient).
  • Alten / Air Liquide - Coordinateur Bureau d'Etudes

    2007 - 2009 Répondant à une sollicitation d'Alten, j'ai quitté Sogeti et Areva pour intégrer une petite ingénierie nouvellement crée, mais filiale d'un groupe bien plus ancien et plus grand, Air Liquide.
    Cette ingénierie, EEIM, a vu le jour pour répondre à un besoin précis : fournir aux filiales de chaque pays européen un appui d'ingénierie pour les projet de taille moyenne (1 à 10 M€ environ).
    Il s'agit là réellement d'une ingénierie européenne, puisqu'au delà de la zone recouverte (l'Europe, dans notre cas, incluait aussi le Maghreb, la Turquie, et même la Russie !), elle comprenait en son sein des ingénieurs, chefs de projet et expert de divers pays : Espagne, Portugal, Pologne, Angleterre, États-Unis, Pays-Bas...
    La langue de travail était donc bien entendu l'Anglais, et donc cette mission m'a conforté dans la maîtrise de cette langue.
    L'ingénierie européenne avait été crée deux ans auparavant et comportant une vingtaine de personnes, divisé en 3 groupes : chefs de projets, experts, et bureau d'études. Le BE comportait alors seulement 2 personnes, mais 4 ingénieurs supplémentaires (1 polonais et 3 espagnols) ont été recrutés au moment de mon arrivée.
    L'activité du BE était de deux types :
    - la mise à disposition de moyen humains aux chefs de projet pour la réalisation des études en phase projet
    - la réalisation des avant-projets d'études (prospects), directement pour les filiales : solution technique, budget, planning.

    Les projets menés par EEIM concernait la fourniture clé en mains de petites unités de production de gaz (azote, oxygène, hydrogène, gaz spéciaux pour le photovoltaïque...) directement sur le site du client, en s'adaptant à sa consommation.
    Charge ensuite à la filiale locale de les exploiter et de revendre le gaz produit au client final.

    La mission qui m'était attribuée, justement, consistait à seconder le responsable du bureau d'études, très occupé par son autre casquette, celle de chef de projet.

    Mes tâches étaient donc, à l'origine :
    - de répartir la charge de travail entre les différents ingénieurs d'études (8 ingénieurs quand les affaires marchaient bien)
    - de capitaliser les connaissances, qu'elle proviennent de recherches personnelles des ingénieurs ou de l'appui des experts
    - de mettre en place les procédures de réponses aux sollicitations techniques des filiales
    - d'effectuer la revue des prospects avant envoi aux filiales

    Rapidement, en raison de la faible disponibilité du responsable BE, elles se sont élargies :
    - management effectif des ingénieurs d'études
    - interface directe avec les filiales

    Je suis resté deux ans à ce poste. J'ai dû partir en raison de la chute de l'activité : la fameuse "crise de la récession" a impacté énormément les possibilités d'investissement dans les entreprises dans toute l'Europe, et a touché de plein fouet l'ingénierie, et surtout notre petit BE qui s'occupait à 70% de prospects...
    Avec la réduction des effectifs, et l'abandon de la casquette de chef de projet de responsable BE, ma mission chez Air Liquide ne se justifiait plus.

    J'en ai gardé un excellent souvenir, et surtout pour la partie management de l'équipe. J'ai su (et j'en tire une grande fierté !) acquérir petit à petit la confiance de mon équipe, nous avons progressé ensemble, mis en place des outils, et partant de rien ou presque, nous sommes parvenu ensemble à devenir un vrai atout pour les filiales locales, capables d'optimiser les solutions techniques pour réduire l'investissement et au final proposer du gaz à prix compétitif.

    Le côté international, les relations avec des filiales et des fournisseurs de tous pays m'a également beaucoup plu.
  • KOEHLER BOSSHARDT - Chef de projet

    2006 - 2006 Responsable du développement de l'activité pharmaceutique du groupe.

    Ce poste étant nouvellement crée, la première étape a consisté à regrouper toutes les information relatives à ce qui a déjà été fait.
    Plus particulièrement, toutes les infos relatives à la fourniture d'un LAF (lit d'air fluidifié) à une entreprise Israélienne.

    En parallèle de ce projet, rentraient dans mes fonctions la fourniture de machines pour d'autres clients, et aussi en interne pour nos laboratoires (une autre société du groupe).
    Charge à moi de clarifier le besoin, de trouver des solutions et surtout de trouver les compétences et les ressources, internes ou externes, pour accomplir ces missions.

    L'intervention en Israël s'est très bien passée, et j'en ai profité pour nouer de bons contacts avec le client qui a depuis passé de nombreuses commandes de pièces détachées.
  • Koehler Bosshardt - Responsable Technique

    2004 - 2006 Premier véritable poste en tant qu'ingénieur, dans le Haut-Rhin, au pied du ballon d'Alsace, dans une petite chaudronnerie en fond de vallée.

    Au début, je ne m'occupais que d'études, mais après le départ d'un technicien d'atelier j'ai été appelé à remplir également d'autres fonctions :
    - Etudes
    - Méthodes
    - Qualité
    - Suivi de production
    - Achats
    - Informatique

    Après avoir pointé du doigt certaines anomalies dans la gestion des projets innovants du groupe, on m'a proposé d'y remédier en occupant un poste de responsable d'un projet à plus grande échelle, de fourniture d'une machine pharmaceutique pour un client en Israël.
  • CETE de l'Est - Chef de projet

    2003 - 2003 Projet de fin d'études, en 5e année

    Il faut savoir que dans notre école, le PFE n'a rien d'un stage :
    1- les élèves sont considérés comme des prestataires de service de l'école, accomplissant une mission pour un client (l'entreprise)
    2- le client intéressé devra verser 11 700 € pour bénéficier des prestations de 2 élèves, pendant 6 mois, avec l'appui logistique de l'ENIM (bureaux dans l'école, PCs, logiciels), et l'appui technique des profs, parties prenantes du projet.

    Le projet consistait à rénover un banc de test dans un labo :
    - remplacement des capteurs et de toute la chaîne d'acquisition (solution retenue : National Instrument Field Point)
    - programmation du logiciel de traitement des données (programmation en G sous LabView)
    - mise en fonction (étalonnage, tests, formation)

    Le banc de test simule le comportement d'un matériau face à l'arrivée du gel, afin de savoir si celui-ci peut convenir pour les fondations de routes.

    Le projet a été réalisé en binôme.

    Bilan très positif ! 3 ans après le labo a rappelé pour des précisions pour faire évoluer le logiciel, mais aucun bug n'étant à signaler ils ont tenu à nous faire part de leur satisfaction.
  • ACUENIM - Coordinateur Nuit de l'Enim

    2002 - 2003 Le gros projet associatif que j'ai mené à l'école : l'organisation du gala.

    En chiffres :
    - 10 personnes dans mon équipe
    - 150 bénévoles
    - 2000 entrées
    - 5000 m2
    - 90 k€ de budget

    Y a pas à dire, l'associatif, ça forme ! J'ai acquis la plupart de mes reflexes pour le management de projet lors de cette première expérience, sans tuteur, sans filet... mais pas sans faute !
    Enfin, je ne m'en suis pas mal sorti, au final, le budget étant au final équilibré.
  • ECN - Chercheur stagiaire

    2001 - 2002 Deuxième stage, en 4e année.
    Changement de décor : les Pays-Bas, peuple marchant et surtout parfaitement anglophone et même germanophone (c'est lié, je pense).

    Je voulais goûter à la recherche, et j'ai choisi cette entreprise, ECN, qui veut dire en gros : centre de recherche national en energie.
    Les principales voies de recherche étant l'énergie solaire, l'énergie éolienne, la biomasse et les économies d'energie (isolation et autres).

    Moi je travaillais dans le département "Mesures" de la branche éolienne, et mon projet consistait à étudier un système de mesure de la vitesse du vent à distance.

    En fait la problématique est celle-ci : si l'on veut construire des éoliennes puissantes (à l'époque, la plus grosse qu'ils proposaient faisait 5 MW), ils faut des mâts de mesure très hauts pour vérifier si les vents sont suffisamment puissants. Et un mât de 200 mètres, qui doit rester stable pour ne pas perturber la mesure, ça revient cher...

    D'où l'idée d'utiliser ce système, baptisé SODAR (SOund Detection And Ranging), qui marche un peu comme un radar, à la différence qu'il envoie des ondes sonores et mesure donc la vitesse du vent par effet Doppler (comme lorsqu'une voiture passe : le son est plus aigu quand elle arrive que quand elle part).

    Mais la précision exigée n'était pas forcément atteinte, avec de résultats des fois bizarre, alors mon rôle était de recenser tous les phénomènes liés à la mesure, de comprendre en profondeur le fonctionnement du système, et donc de mieux intérpréter les résultats, et de pouvoir choisir les bons paramètres pour améliorer la mesure.

    Phase I : recherche bibliographique, surtout en anglais, un peu en français et en allemand aussi.

    Phase II : synthèse de tout ça pour avoir une idée globale. C'était vraiment comme faire un puzzle, en plus fatiguant, mais en beaucoup plus intéressant.

    Phase III : campagne d'essai avec notre SODAR, de manufacture française (cocorico !)

    Phase IV : Fignolage du rapport, qui était finalement le but de ma venue ici. Je prend conscience que tout ce que je vais produire, c'est du papier. Bon c'est pas grave, surtout que le Sodar donnait des résultats très satisfaisants après avoir fait les bons réglages (c'est sûr, une fois qu'on comprend à quoi on touche...)


    En réusumé : un boulot sympa,avec un sujet vraiment intéressant, mais au rythme plutôt lent, avec des projets à très long terme. C'est surtout passionnant d'acquérir graduellement des connaissances vraiment pointues, et de redescendre ensuite vers une application pratique.

    Un regret, c'est celui de ne pas avoir acquis un niveau correct en hollandais, ce qui m'empêchait de suivre correctement les réunions, ou d'écouter radio moquette.

    N'empêche, si vous voulez visiter la Hollande, éviter l'automne, et encore plus l'hiver ! Par contre j'y suis allé en vacances au printemps, et là je vous le conseille.
  • FACOM - Stagiaire etudes

    Morangis 1999 - 1999 Mon premier stage, en 2e année d'école d'ingénieurs (l'ENIM se fait en 5 ans, avec prépa intégrée).

    Un premier projet d'automatisation d'un poste de montage (mon sujet de stage original, en fait) : après avoir un peu creusé le problème, je me suis rendu compte que ce n'était pas intéressant économiquement. En se basant sur le nombre de pièces annuelles, et en tablant sur un temps de retour de 2 ans, on arrivait à une enveloppe vraiment trop fine...
    Du coup j'ai attaqué d'autres postes (sertissage du système ressort/bille pour tenir les douilles, et peinture de l'intérieur des douilles), où là l'automatisation était tout à fait justifié.

    Malheureusement, étant tout seul sur le projet, je n'ai pu que faire la conception générale, et faire les choix techniques.
    En même temps j'ai fait une étude pour la réorganisation ergonomique d'un poste d'attache de pièces très stratégique, mais pareil, je n'ai pu que lancer le projet sans rester pour le voir aboutir...

    En Août ils m'ont pris en CDD pour organiser et suivre le démontage et l'envoi d'un four en maintenance. C'est là que j'ai vu que 18 tonnes d'acier et de briques réfractaires intégrées sur une ligne de prod, finalement, ça se bouge assez bien.

    En résumé un stage de découverte de l'industrie. Ce qui m'a surtout plu, c'est l'association de plusieurs disciplines pour cerner un projet : les aspects financiers, humains sont aussi importants que les aspects purement techniques si l'on veut faire quelque chose de vraiment productif. (Je sais, c'est évident maintenant, mais j'avais 20 ans...)

Formations

Réseau